Affordable Art Fair : 10 conseils pour collectionner et profiter

Our experts’ advice on how to buy art
 

From Le Petit Journal NYC - Words by Laurence de Valmy —  September 9 2019


1. Voir de l’art

Quel type d'art vous fait vibrer ? Etes vous attiré par des artistes / styles spécifiques ou êtes vous éclectique ? Voir de l’art vous permettra de découvrir votre style de collectionneur et même au dela comme nous l’explique Latifa Metheny, Directrice d’Azart Gallery « En découvrant chacun notre propre perspective sur le travail d'un artiste, nous découvrons notre propre place dans le monde et dans la vie. Alors que notre état d'esprit change et évolue, une grande œuvre d'art reste une boussole pour nous guider et nous rappeler où nous sommes allés et où nous allons ».

À New York, vous avez l’embarras du choix : musées, galeries et bien sur les foires d’art. Ces dernières comme l’Affordable Art Fair sont un excellent moyen de voir l’art de nombreuses galeries internationales sous un même toit.

KAHN 5.JPG

2. Faites confiance à votre instinct et profitez des conseils de pro

Acheter de l’art peut intimider car comment savoir si on fait le bon choix entre différentes oeuvres que l’on aime ? « L’acquisition d’oeuvres d’art a longtemps été une expérience réservée à un petit nombre de collectionneur avertis. Aujourd’hui l’art est plus accessible et de plus en plus de personnes achètent des oeuvres d’art originales dans les foires d’art ou dans les galeries d’art » explique Michèle Mariaud dont la galerie eponyme est basée à Soho depuis 15 ans. « Les galeristes ont un rôle de “GPS” pour aider les personnes à choisir parmi une offre qui n’a jamais été aussi abondante. Je m’attache personnellement à proposer une sélection d’oeuvres originales réalisées par des artistes engagés dans leur création à un prix juste ». 

KAHN.JPG

3. Sollicitez les galeries pour un service sur mesure

Faire découvrir des artistes est au coeur de leur métier et de nombreuses galeries offrent un service sur mesure à l’instar de Géraldine Hassler, fondatrice de Kahn Gallery « je me rends chez nos collectionneurs le plus souvent possible pour comprendre leurs démarches d'acquisition et de collection et ainsi leur présenter différents portfolios. Nous réalisons souvent des commandes auprès des artistes et c'est un projet que j’affectionne particulièrement car la mise en contact entre l'artiste et le collectionneur se réalise et deux approches se rencontrent. C'est souvent un moment fort d'être aussi près de la création avec une démarche de personnalisation très aboutie. Et rien n’est plus satisfaisant que de voir une personne comblée par une oeuvre d'art ! »

BXL 18.JPG

4. Écoutez vos émotions 

L’offre est variée et il y a beaucoup d’artistes de talent… alors pour faire votre choix, le conseil donné par Muriel Guépin, basée dans Soho, est de “suivre vos émotions. Parfois l’oeuvre s’impose comme une évidence et c’est simple. Dans d’autres cas on peut hésiter entre deux oeuvres d’un même artiste ou de deux artistes différents. Mon conseil est prendre le temps de la réflexion. Sleep on it.. La réponse vient souvent naturellement le lendemain! ». Et quand la décision implique deux personnes? « Si vous êtes en couple et n’avez pas les mêmes goûts, n'essayez pas forcément de trouver un compromis entre vous pour l’achat d’une oeuvre. Aucun de vous ne sera complètement satisfait. Décidez plutôt d’acheter chacun une oeuvre qui vous plaît chacun son tour ».

5. Définissez votre budget

Vous avez besoin de passion et non de fortune pour constituer une collection de grande qualité comme l’ont démontré Herbert et Dorothy Vogel. En 50 ans, ce couple de fonctionnaires de New York a rassemblé une collection de près de 5 000 œuvres d'art d'artistes de renom qu’ils ont léguée à la National Gallery of Arts, DC. 

À l’Affordable Art fair, il est possible de faire l’acquisition d’oeuvres originales de qualité pour des budgets variés. Bon à savoir : un des facteurs qui impacte le prix des oeuvres est le type de matériaux utilisés. Les oeuvres sur papier (dessins, collages, photos, impressions multiples) sont en général moins chères que des peintures sur toiles ou des sculptures en bronze et peuvent donc être un bon moyen de démarrer sa collection. Enfin, repérez des artistes émergents, ils sont plus abordables que les noms « établis ».

Hamburg SA gold.JPG
 

La Rédaction aime : L’Affordable Art Fair propose un mur “moins de $500” et les oeuvres à moins de $1000 sont indiquées sur chaque stand. 

 

Affordable Art Fair

Du 26 au 29 septembre

Metropolitan Pavilion

125w 18th Street

New York, NY 10011

KahnGalleryHK.JPG

Que reste-t-il d'une civilisation disparue ? Quel est le lien commun entre tous les humains à travers les âges ? Vous l'avez deviné : l‘Art. Les files d'attente devant les musées et le succès des foires d'art sont une bonne preuve de son pouvoir d’attraction. Et lorsque l’on vit à New York, capitale mondiale de l’art, on a la chance d’avoir accès au meilleur de l’art international. 

Alors pourquoi ne pas profiter de l’Affordable Art Fair qui aura lieu du 26 au 29 septembre prochain, au coeur de Chelsea, pour devenir collectionneur ou étendre votre collection ? Et comment aborder cette démarche parfois intimidante ? 

Lepetitjournal.com New York est allé à la rencontre de galeristes, qui participent à cette nouvelle édition, et de collectionneurs, qui partagent avec nous leurs motivations et conseils pour constituer une collection qui vous ressemble.  

 

Créer sa collection d'art ?

Points de vue de collectionneurs 

1. Pour décorer son intérieur avec une âme et exprimer sa créativité 

Avoir un intérieur orné d’oeuvres qui ont un sens, dont vous connaissez l’histoire et le créateur, est une façon de créer quelque chose d'unique qui va refléter votre propre esprit créatif. Elisabeth Bradley confirme “avec mon mari, nous souhaitons avoir quelque chose de beau et de créatif chez nous, d’unique et de spécial”. 

 

2. Pour penser, ressentir et voir différemment 

Picasso déclarait que l’art « enlève de l’âme la poussière de la vie quotidienne » et Paul Klee que « l’art rend visible ce qui ne l’est pas ». Colleen Lima, jeune collectionneuse new-yorkaise confie « j'aime collectionner, car l'art m'apporte de la joie et me challenge de manière amusante. J'aime relever le défi d'essayer de comprendre les intentions de l'artiste et de plonger dans l'histoire d'une pièce ».

  

3. Connaître des artistes et soutenir leur travail 

L’élément humain de la collection d’art est un facteur important pour beaucoup de collectionneurs. De nos jours, il est possible de rencontrer des artistes personnellement, ou en les suivant sur les médias sociaux, et de découvrir leur univers. C’est également l’une des motivations d’Elisabeth Bradley « j'aime beaucoup soutenir des artistes que nous connaissons ou sur lesquels j'ai lu. De plus, j’ai le sentiment que l’art est quelque chose de spécial et ceux qui le collectionnent travaillent tous ensemble pour soutenir les artistes, leurs idées originales et leurs contributions positives à l’humanité ».

 

4. Sortir tout en apprenant

Le monde de l'art est un monde social et les collectionneurs en sont l'épicentre : vous serez invités à des vernissages, foires d'art, expositions, visites d'ateliers et rencontrerez des personnes partageant le même intérêt. Il existe d’ailleurs des clubs comme Arts Club ou Women of Culture qui offrent des événements sociaux autour de l’art. 

 

5. Pour transmettre à ses proches

Exposer son entourage et ses enfants à des oeuvres originales permet de leur transmettre le goût de l’art. En plus de l’aspect intangible, qui sait, vous aurez peut être la chance de miser sur un artiste dont la cote va décoller ? « L’investissement n’est pas notre objectif principal mais c’est vrai que nous sommes heureux d’avoir acheté des oeuvres d’artistes dont la cote a décollé par la suite » déclare Julie F.

 

La Rédaction aime : l’Affordable Art Fair s’adapte avec d’une part des heures tardives et festives pour la sortie de bureau et d’autre part aux jeunes parents en offrant des “stroller hours” le samedi et dimanche matin de 10 à 11 h 

Vous voilà convaincu... Alors comment vous lancer ?

Read full article here : https://lepetitjournal.com/new-york/affordable-art-fair-10-conseils-pour-collectionner-et-profiter-264491

French artists in Hong Kong

Les artistes français exposent à “Affordable Art Fair” Hong Kong
 

From Le Petit Journal Hong Kong — Words by Stéphanie Stiernon  , June 3, 2019


Un succès pour cette nouvelle édition de la Affordable Art Fair qui s’est tenue à Hong Kong du 16 au 19 mai. Un évènement qui a rassemblé plus de 1000 artistes proposant des œuvres variées mais aussi des workshops, des creative talks, des visites guidées et un coin création pour les adultes et les enfants. 

 

C’est un albatros à trous de 6 mètres suspendu à l’entrée qui nous accueille d’un battement d’ailes dans le grand hall des exposants. Les trous symbolisant un des dangers qui menacent cette espèce en voie de disparition, le plastique dans les océans. Un rappel artistique du fléau de la pollution marine dans une ville plus que concernée. Il y a, derrière l’oiseau, des allées bondées qui offrent aux visiteurs une variété d’œuvres, souvent pluridisciplinaires inspirées des quatre coins du monde. Photographies, peintures traditionnelles, sculptures ou encore art urbain, il y en a pour tous les goûts.

 

A la rencontre des artistes français… et belges.   

Relativement nombreux, les artistes présentent leurs œuvres au sein de différentes galeries, Rouge Ephémère, Artima, Envie d’Art, K+Y, Kahn GalleryBlue Lotus ou encore Visus Gallery.

Laurence de Valmy standing to the left of her work  KAHN GALLERY

Laurence de Valmy standing to the left of her work

KAHN GALLERY

Klimt sur Instagram

Nous terminons notre tournée francophone au stand de la Kahn gallery. Nous nous arrêtons devant la série de "robes géographiques" fabriquées au moyen d’anciennes cartes par l’artiste Elisabeth Lecourt. Nous nous attardons quelques instants devant les photos du franco-suisse Damien Gard qui étudie la relation entre l’homme et son environnement au moyen de la lumière en observant curieusement l’animation autour de la série "Post" de Laurence de Valmy.

L’artiste vivant à New-York met en lien dans ses œuvres l’art et les nouvelles technologies et plus précisément l’utilisation des réseaux sociaux. Chacune de ses peintures est la reproduction d’une œuvre originale de Klimt, Van Gogh, Magritte, Basquiat et nombreux autres dans un post Instagram imaginant la discussion entre deux artistes de l’époque. Pour continuer sur la lignée hashtag, l’artiste participe également au mouvement #WomenInCulture lancé en mai dédié aux femmes qui évoluent dans l’univers culturel. Le Petit Journal New-York y consacre un article.

KahnGalleryboothinHongKong19.jpg

Read the article here: https://lepetitjournal.com/hong-kong/les-artistes-francais-exposent-affordable-art-fair-hong-kong-258172



 

Dream come true - Forbes

'Dream Come True' For Tech Savvy French Artist Discovered By London, New York Galleries On Instagram
 

From Forbes — Words by Natasha Gural , May 30, 2019


Andy and Jean-Michel   acrylic on canvas, 40 inches by 30 inches (2017) By Laurence de Valmy  KAHN GALLERY, LONDON

Andy and Jean-Michel
acrylic on canvas, 40 inches by 30 inches (2017)
By Laurence de Valmy

KAHN GALLERY, LONDON

With a focus on bold images and snappy #hashtags rather than meaty hyperlinks and pithy banter or political rants, Instagram has become a leading global platform for sharing fine art from world-class museums, galleries, art fairs, and city streets.

For Laurence de Valmy, sharing her own story-telling fine art on the rapidly expanding social network owned by Facebook was a paramount career breakthrough.

Laurence de Valmy standing to the left of her work  KAHN GALLERY

Laurence de Valmy standing to the left of her work

KAHN GALLERY

“Kahn Gallery, based in London and run by (fellow Frenchwoman) Geraldine Hassler spotted me on Instagram,” said de Valmy. “In December 2017, my work was being exhibited at SCOPE Miami with Azart Gallery in New York, and of course had posted about it. London-based Kahn Gallery was exhibiting at PULSE Miami and Geraldine Hassler spotted my work on Instagram.”

Hassler's team “was busy on her booth so she couldn't visit the others,” recalls de Valmy. “Instagram was the connection. She contacted me after the fairs and we've been working together since 2018.”

This year, SCOPE Miami Beach featured 140 international exhibitors from 25 countries and 60 cities, welcoming 60,000 visitors over six days. A year ago, Instagram broke the 1 billion user mark, and de Valmy has nearly 2,100 followers worldwide. Clearly, it’s a testament to her content and the admirers she attracts.

de Valmy’s work marries fine art and modern technology, highlighting the use of social media by artists. She was awarded an artist residency by the Eileen S. Kaminsky Family Foundation (ESKFF) at Mana Contemporary, a Jersey City, New Jersey, arts center devoted to contemporary visual and performing arts, in 2017 for her work on the POST series.

Her acclaimed POST series depicts fictional Instagram posts by famous artists. Think WWAWS (What would Andy Warhol say?) about his own work. No doubt he’d have embraced it as wildly as he’d have coyly critiqued its impact on society.

Indeed, last December, then-eight-year-old New York City public school third-grade student Michael Alexander visiting “Andy Warhol _ From A to B and Back Again’’ at the Whitney Museum of American Artwith his classmates observed how “Ethel Scull 36 Times” (1963), silkscreen ink and acrylic on linen, thirty-six equal-sized panels measuring 80 inches by 144 inches, “looks like Instagram or selfies.”

de Valmy blends her art history expertise and her painting skill to appropriate iconic artworks and share their (fictional, yet fact-based) stories, as if each master were using Instagram as a primary platform for promotion.

“Online presence in general, and social media in particular, has played a big role for me,” said de Valmy. “Firstly, as an inspiration, since I started to create the POST series, inspired by artists posting on Instagram, thinking that in a few years, art historians would probably look into the archives of Instagram. Then I got spotted by two of the galleries that I work with on Instagram, and through a Google search by the curators of the exhibition the BUNTE Art (in Munich, Germany) which led me to exhibit alongside Andy Warhol in the Museum of Urban and Contemporary Art in Munich in 2018. A dream come true.”

More recently, de Valmy was invited by the organizers of #MuseumWeek, the first worldwide cultural event on social networks, aimed at joining cultural institutions from across the world to boost “7 days, 7 themes, 7 hashtags”. Themes of this year’s sixth-annual #MuseumWeek included “the role of women in culture yesterday, today and tomorrow” to mark #WomenInCulture Day.

Word play is key for de Valmy, who builds her titles with (mostly) the first name of the artist and then either the person in the story or the subject of the painting. She delves into the intimate lives of the artists she chooses, seeking out obscure facts.

Her paintings have been selected to play a role in a series slated for release next year on an American premium cable and satellite television network starring an Academy Award-, Primetime Emmy Award-, and Golden Globe Award-winning actress.

de Valmy, who who lives and works in Philadelphia, is represented by Azart Gallery, Kahn Gallery, Michele Mariaud Gallery in New York, and Range of Arts in Honfleur, France, in Normandy. Born in the Democratic Republic of the Congo, she moved to France as a baby.

Her paintings are in private collections throughout Europe, the United States, and Asia, owned by: German billionaire publisher Hubert Burda; the Vinik Family Foundation, managed by Penny and Jeff Vinik; ESKFF; and others.

Read the article here: https://www.forbes.com/sites/natashagural/2019/05/30/dream-come-true-for-tech-savvy-french-artist-discovered-by-london-new-york-galleries-on-instagram/#73045ae51f80